Voici un bref aperçu de la vie du cheikh Shushtari (qs)


Abu l Hasan Ali ben Abdallah al Numayri al Shushtari est né vers 610/1212 à Wadi 'Ash, près de Guadix, en Andalous, dans une noble famille arabe.
Après avoir été un fonctionnaire aisé, il décida de se consacrer à la voie d'Allah .
« Né émir parmi les fils d'émirs, devenu faqir parmi les fils de faqirs »
Il résida quelques temps à Malaga et à Grenade, avant d'émigrer au Maroc, où il séjourna notamment à Rabat, Meknès et Fès.
En 646/1248, à Bougie, il rencontre le cheikh Ibn Sab'ine (qs), qui comme lui venait d'Andalousie. Cette rencontre va bouleverser sa vie. « Si c'est le Seigneur que tu cherches et non Son paradis, suis-moi ! » lui dit le cheikh .
Shushtari devint alors le plus fervent disciple de celui qu'il surnomma « maghnâtis al nufûs », l'aimant des âmes, à cause de son charisme. Il lui dédia 3 magnifiques poèmes. Il l'accompagna en Tunisie, puis en Egypte, où il se fixa à Damiette, près le d'actuel Port Saïd, avec un groupes de compagnons, tandis que le cheikh poursuivait son long voyage vers la Mecque. Shushtari devint alors l'imam de la Sab'iniyya en Egypte. Il rendit visite à Ibn Sab'ine à la Mecque à plusieurs reprises, au moment du hajj, et il le visita même en rêve.
Damiette était une ville de garnison, d'où partaient des troupes de mudjâhidines vers la Palestine, pour combattre les croisés (qu'Allah les maudisse). Shushtari, avec ses compagnons, participa au djihad.
En 650/1252, il se rend en Syrie, où il introduit la Sab'iniyya. C'est un autre andalou, cheikh Ibn Hud (qs) qui en devint l'imam.
Shushtari mourut en Egypte en 668/1269, et fut enterré à Damiette, selon sa volonté.
Cheikh Ibn Sab'ine mourut à la Mecque un plus tard.
Qu'Allah leur fasse miséricorde.
Shushtari, moins suspecté de philosophie que son maître, est vénéré par la plupart des soufis. Il est connu surtout pour son magnifique diwan, largement diffusé dans le monde musulman, et sur lequel on a composé des mélodies.
Il a écrit d'autres livres, moins connus :
al maqâlid al wujûdiyya fi asrâr al sûfiyya
al marâtib al imâniyya
al risâla al 'alamiyya
al risâla al baghdadiyya
al risâla al qudsiyya
al 'urwat al wuthqa
Dans une qasidah il nous livre cette étrange silsila de la tariqah Sab'iniyyah :
Hermès, Socrate, Platon, Aristote, Alexandre le Grand (Zul Qarnayn), Hallaj, Shibli, Niffari, Habashi, Qâdib al Bân, Shûdhi, Sohravardi d'Alep, Ibn al Farid, Ibn Qâsi (auteur du Kha' al na'layn), Ibn Masarra, Ibn Sina, Ghazali, Ibn Tufayl, Ibn Rushd, Abou Madian, Ibn Arabi, Ibn al Harrâni, Umawi, Ibn Sab'ine « qui nous a conduit au vrai culte, à la voie droite/ nous dont son étoile a séduit le cœur/ qui veut s'acheminer vers Celui dont le Nom est saint/ qu'il vienne maintenant nous le lui apprendrons. »
Enfin, signalons que dans ses « maqâlid », Shushtari professe que « s'abaisser devant un vizir ou un sultan, c'est de la démence ». A méditer !
Wa salam
Nordine